Jeunes parents Recruter votre assistant(e) maternel(le)

157709890989670.jpg

Et voilà, il va bientôt toucher à sa fin, le congé parental se termine dans quelques semaines et il est temps pour vous de confier votre enfant. Pour des raisons qui vous arrangent, vous avez décidé de faire appel à un(e) assistant(e) maternel(le) afin de démarrer le nouveau rythme du petit ou de la petite en douceur. C’est le grand moment, vous passez une petite annonce et les candidatures affluent.


Comment choisir la bonne personne ? Quelles sont les questions absolument nécessaires ?

S’il est préférable de réaliser les entretiens au domicile de votre futur(e) ass’mat’, avec la famille au complet, il ne faut pas négliger le côté humain de la chose. Certes, la prudence va vous dicter de lui demander une pièce d’identité et son certificat de formation, ainsi que, si possible, ses références précédentes. Une personne fraîchement diplômée et sans première expérience autre que des stages ne doit pas vous effrayer, vous pouvez parfaitement contacter son organisme de formation afin de prendre des renseignements supplémentaires dans le but de vous rassurer.

Gardez en tête que l’on a toutes et tous commencé quelque part une première fois et que nous n’oublierons jamais ces personnes qui nous ont donné cette première chance dans la vie.

Installez-vous ensemble confortablement, apportez quelques gourmandises, ne formalisez pas les choses. Le but étant de créer un lien durable en assurant le bien-être de tout le monde.

A présent, voyons ensemble les quatre points importants de cet entretien !


Sa présentation, sa formation, son expérience et ses motivations.

Nom, prénom, âge... seront les premières informations avant de s’attaquer à la partie formation. En effet une jeune personne dans la vingtaine n’aura pas le même parcours qu’une personne dans la quarantaine. Ni les mêmes expériences. C’est un excellent moyen pour parler de ses motivations : « Cursus initial ou reconversion professionnelle ? » « Pourquoi ce métier ? » « Pourquoi avoir décidé d’interrompre votre carrière initiale ? » si le cas se présente. La personne a-t-elle des enfants, une expérience solide auprès des enfants ? Est-elle formée au secourisme et aux gestes qui sauvent ?

Assurez-vous que sa formation soit reconnue et agréée. C’est essentiel dans votre prise de décision finale.

Si vous avez en face de vous une novice, c’est le moment idéal de sonder ses motivations, sa personnalité, son aisance (la timidité ne devant pas vous rebuter). Question clé « Pourquoi ce métier et pas un autre ? ».


Le programme, les lieux et la capacité d’accueil.

C’est probablement l’étape cruciale de ce rendez-vous pour bien cerner la personne. Quels programmes envisage-t-elle, connait-elle des jeux et activités adaptés en fonction de chaque tranche d’âge ? Quelles-sont ses habitudes alimentaires ?

Il est nécessaire de pousser la chose en demandant à visiter son domicile et ses installations afin de vous assurer des lieux où la vigilance sera plus accrue, des équipements et de la propreté, point capital. Si vous n’avez pas confiance, que l’endroit de vous rassure pas, n’insistez pas et écourtez le rendez-vous poliment.
N’oubliez pas de lui demander combien d’enfants sont sous sa responsabilité et de vérifier la capacité d’accueil qui lui est attribuée sur son agrément. Si effectivement plusieurs enfants vont se partager les lieux, il ne faut pas hésiter à vérifier ses capacités d’organisation, quels sont les roulements de la journée concernant les siestes, les changes et ses actions en cas de conflit entre enfants.


L’assistant(e) maternel(le) et votre enfant.

Malgré ces premiers points, sachez que le plus important sera le comportement de l’assistant(e) maternel(le), notamment sa curiosité et son intérêt vis-à-vis de votre enfant. Si la conversation tourne beaucoup plus autour du bout d’chou, de sa personnalité, ses habitudes, ses goûts, ses difficultés ou s’il fait l’objet de soins particuliers plutôt que du contrat en lui-même... considérez cet intérêt comme un point largement positif.

N’hésitez pas à les laisser se découvrir, avoir un premier contact physique, échanger des premiers moments de jeu, des sourires, des gestes. Laissez faire votre enfant, faites-lui confiance, observez son attitude, son assurance, sa communication envers la personne qui fera partie intégrante de son quotidien.
L’alchimie se créera entre vous et l’assistant(e) maternel(le) si vous constatez déjà quelque chose de palpable entre lui/elle et le/la petit(e).

Dès que cette étape est franchie, vous pourrez alors aborder le sujet de vos valeurs éducatives et les points à respecter.


Rémunération, congés et disponibilités.

Vous avez trouvé la perle, elle est d’accord pour prendre en charge votre enfant et vous êtes tombés sous le charme. Mais n’oubliez pas que vous avez affaire à un être humain, qui a des besoins : financiers, matériels, alimentaires, physiques... Aussi il va falloir aborder la question du coût de la garde, des horaires de disponibilité et de ses habitudes de congés. Parce qu’aussi parfait(e) soit cet(te) assistant(e) maternel(le), il n’en reste pas moins que l’on parle d’une personne qui a aussi le droit d’avoir une vie privée et de prendre soin d’elle.
Une fois ses conditions énoncées et validées par vos soins, il est temps pour vous de prendre soit un temps de réflexion, visiter d’autres lieux d’accueil ou bien de conclure votre accord et de tout noter sur un contrat, CDD ou CDI. Et pour cela n’ayez crainte, Petite Enfance RH vous propose l’intégralité de ces documents à télécharger gratuitement ici ! Vous disposez également d’outils gratuits comme le carnet de liaison et la fiche repas afin de vous tenir informé du planning dédié à votre enfant.

N’hésitez jamais à interrompre le moindre entretien si votre intuition ne suit pas la cadence. N’ayez pas peur de faire part de vos exigences, vos souhaits et vos habitudes éducatives. Le but est avant tout de ne pas brusquer l’enfant et de le faire entrer dans un conflit comportemental en fonction du lieu où il se trouve.

← Retour